Between Books / Entre deux livres

$14.95

Once a work is completed, when and how do writers and other artists embrace their next creative work?

In this fascinating book, Monique LaRue, the author of six novels and more than a 150 essays and reviews, gives a tantalizing glimpse of the contour of time shaped by inspiration rather than the movement of the clock. Moving from the philosophical to the personal, she provides a view of how each of her novels has come into existence — the personal context in which each came to be and the social context in which each was received.

LaRue uses two important words in her approach to this "between-time" of creative possibility. The first, "meander," from the Greek name for Maiandros, a river in Phrygia has come to signify "wandering at random." Like Northrop Frye, she distinguishes between "Kairos," the mysterious, unpredictable moment when the creative impulse is released, and "chronos," or passing time. This ephemeral moment, as explained by LaRue, is of time but not in it.

Given this paradox, it should come as no surprise that LaRue’s between-time of writing creatively has no name — the inadequate preposition "between" attempts to signify the gap in time from the appearance of one novel to the appearance of the next, when literary creativity occurs. In this context, time becomes a slippery concept. Mortality brings time and its passage unceasingly to mind as we respond to obligations of the day-to-day or witness the cycle of the seasons. Yet, the mental action of moving freely through meandering associations during the time between works becomes the criterion for thinking creatively.

Une fois une œuvre achevée, quand et comment écrivains et artistes abordent-ils leur prochaine création?

Dans cet ouvrage passionnant, Monique LaRue, auteure de six romans et plus de 150 essais et articles, nous donne un avant-goût alléchant des contours du temps tracés, dans ce cas, par notre imaginaire et non par les aiguilles de l’horloge. Naviguant entre la philosophie et l’expérience personnelle, elle nous livre un aperçu de la genèse de chacun de ses livres — tant les circonstances personnelles dans lesquelles chacun a vu le jour que le contexte social qui les a accueillis.

Deux mots clés émergent de la démarche de LaRue dans son exploration de cet « entre deux temps » du potentiel créatif. Le premier, « méandre », provenant du terme grec « Maiandros » – un fleuve de la Phrygie – et qui veut dire « errer au hasard ». À l’instar de Northrop Frye, elle distingue entre « Kairos », le moment mystérieux et imprévisible où l’élan créateur est libéré, et « Chronos », le temps qui passe. Pour Larue, ce moment éphémère, surgit du temps sans toutefois en faire partie.

De par ce paradoxe, il n’est guère surprenant de constater que l’« entre-temps » de l’écriture créative dont traite LaRue est innommé – cette préposition gauche dénommée « entre » cherche plutôt à marquer l’écart dans l’espace-temps qui sépare la parution d’un roman et la parution du prochain, ce moment d’où jaillit la créativité littéraire. En ce sens, le temps devient un concept insaisissable. Notre mortalité nous renvoie inlassablement au temps, à son passage, et à son flux continu à travers nos tâches quotidiennes ou la succession des saisons. Pourtant, la pensée créative exige une activité mentale qui évolue librement, serpentant, au cours de ce temps entre deux œuvres, au gré des aléas des associations méandres.

You recently viewed

Clear recently viewed